pixiebob.fr chats chatons pixie-bobs pixiebobs en France
| contact: 0610787718 | farwestpixiebobs@yahoo.com |
english
Les pixiebobs du Farwest: "les félins qui ont du chien"

I/. les origines du pixiebob
Part 5: les premiers pas des éleveurs américains

Le travail mené par des éleveurs de l'État de Washington

Ce qui est récent , c'est le travail mené par quelques éleveurs de l'État de Washington pour repérer cette race, lui procurer un standard, la stabiliser dans son look fabuleusement sauvage et un caractère merveilleusement doux, intelligent, calme et réfléchi, et la faire reconnaître...

Carol Ann Brewer, la fondatrice de la race, et aussi mon amie, me conta les débuts de son travail... En voici quelques extraits:

" C'est au printemps 1985 que j'acquis le premier chato Je lisais souvent le journal, toujours à la recherche d'antiquités. Je tombais sur une annonce parlant d'un chaton avec de grosses pattes.

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

J’ai aussitôt appelé le propriétaire, parce que j’avais eu une fois un chaton avec de grosses pattes quand j’étais jeune, et j’avais très envie d’en ravoir u Mon mari m’emmena chez la dame, près de l’Autoroute de Mont Baker. Elle s’appelait Donna Sofie, je la voie encore de temps en temps. Elle me montra une portée de cinq chatons, née d’une mère couleur classique tabby et qui avait une queue courte, et qui, de plus, était polydactyle. Les chatons étaient magnifiques ; tous spotted tabby dans des tons brun rouge, certains ayant du blanc sur les pieds. Je suis tombée amoureuse d’un mâle polydactyle des 4 pieds, ayant aussi une queue courte. Il avait une sœur magnifique, plus large que lui, dépourvue de blanc. Mais je trouvais que le blanc sur les pieds des polydactyles les faisait paraître encore plus larges… Alors, c’est lui que j’ai choisi. J’ai demandé à Donna qui était le père. Elle dit que son mâle était dehors. Je n'arrivais pas à le croire. « Tu laisses ton chat courir dehors ? ! » Ne va-t-il pas se faire tuer dehors avec autant d’animaux sauvages, de voitures et de je-ne-sais-quoi ? ! » Elle affirma qu’il ne courrait aucun danger à ce qu’elle sache, et que de toutes façons, nous n’arriverions pas à le voir, même si elle l’appelait. Bon, enfin, j’ai continué d’insister, et après elle a finalement dit : « Je ne sais pas qui est exactement le père. Mais Belle était sortie de la maison et nous l’avons entendue se battre avec quelque chose dans la grange et avons pensé qu’il s’agissait d’un bobcat.

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Elle était blessée. Nous l’avons rentrée et deux mois après, elle mettait au monde ces bébés. Balivernes, me suis-je dit, mais je vais prendre le chaton quand même. Vraiment, je ne croyais pas un mot de son histoire. Elle me demanda 75 dollars… Seul chat que j’ai jamais payé dans le programme. Je l’ai appelé Sacha. C’était un garçon merveilleux, surprenant, même parfois étrange lorsqu’il grandit. Cet été là, nous retournâmes en Alaska, vers les îles du sud-est, travailler pour le Forest Service, campant, comme toujours nous l’avons fait. Le travail marchait si bien que nous décidâmes de rester jusqu’à Noël. Nous avions monté notre propre abri et habitions avec les loups et les ours comme voisins. A la nuit tombée, les loups entouraient notre maison faite de rondins de bois et ils chantaient toujours la même chanson, chaque loup chantant son propre couplet, jusqu’au bout de la nuit.

Voilà comment Sasah a été élevé, courant librement au coeur de l'Alalska sauvage avec notre famille. Comme Noël s'apporchait, nous commencions à faire nos cartons pour partir. Sasha était introuvable. Nous avions un avion à prendre dans la ville la plus proche et le temps était parfait pour le vol. Nous DEVIONS prendre ce vol parce que nous devions ensuite prendre le prochain pour pourvoir être de retour chez nous pour Noël. Sasha refusait de se montrer (et je savais qu'il le faisait exprès!). Alors, en larmes, je partis avec ma famille pour rejoindre le Sud pour les vacances de Noël. Je demandais à quelques personnes que nous connaissions dans un camp tout proche s'il pouvait surveiller Sasha. Mais je ne pensais pas qu'ils le feraient. J'étais malade d'inquiétude: le sachant sans abris, il allait être mangé par les loups. Lorsque nous fûmes arrivés à Bellingham, j'appelais les gens du camp pour savoit si quelqu'un l'avait trouvé et en effet, le mari était sorti et avait trouvé le petit plaisanti Ils l'envoyèrent par avion à Kelchikan où un ami le récupéra pour l'envoyer à Seattle. Quand le brouillard permit au vol d'avoir lieu, enfin, nous pûmes récupérer notre garço Oh... Je lui en voulais, mais dans le même temps, j'étais si heureuse. Mais, si avant il était une créature à moitié sauvage, il était revenu plus sauvage que jamais à présent.

Sasha était difficile à garder dans la maiso Il faisait tout pour s'échapper dehors. Il était insaisissable, et en fait n'a jamais été un chat très affectueux. Il pouvait contourner la maison, ramper... toujour seul.. Il n'était pas ce que j'appelle un chat familier. Ca c'est sûr.

Un jour de l'hivers 1985/1986, alors que je lisais une fois de plus le journal, je tombais sur une annonce concernant un chat trouvé au Mont Baker... C'était un mâle large avec un queue courte et les gens qui l'avaient trouvé demandaient à ses propriètaires de venir le récupérer. La petite annonce parut durant ... Raconte Carol Ann Brewer à ceux de ses amis proches qui lui demandent les débuts de l'histoire du pixiebob...

© Copyright Carol Ann Brewer & pixiebob.net

date de mise à jour: 15-Avr-2018

date de mise à jour: 15-Avr-2018

merci de votre visite sur le site des pixiebobs du FarWest - contact: + 33 (0) 6 10 78 77 18
conception et réalisation: Nathalie Bent - contact: farwestpixiebobs@yahoo.com
Propriété intellectuelle: Le site Internet www.pixiebob.fr, sa structure générale, ainsi que les textes, photos, images animées ou non, savoir-faire, dessins, graphismes (...) et tout autre élément composant le site, sont la propriété de Nathalie Bent et de leurs auteurs respectifs. Toute représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans l'autorisation expresse de l'exploitant du site Internet est interdite et constituerait une contrefaçon sanctionnée par les articles L 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. Les marques de l'exploitant du site Internet et de ses partenaires, ainsi que les logos figurant sur le site sont des marques (semi-figuratives ou non) déposées. Toute reproduction totale ou partielle de ces marques ou de ceslogos, effectuée à partir des éléments du site sans l'autorisation expresse de l'exploitant du site Internet ou de son ayant-droit est donc prohibée, au sens de l'article L713-2 du Code de la Propriété Intellectuelle.

copyrights © 2002 - 2019 - Nathalie Bent - Tous droits réservés - SIREN: 817 811 730